Les positions du Front de Gauche sur l’enseignement

L’enseignement public est la victime des politiques libérales, or l’Etat doit assurer une politique de qualité pour l’ensemble des citoyens.

Pour le Front de Gauche, le diplôme et le haut niveau de qualification sont ce dont le pays a besoin pour maintenir son niveau de performance économique et répondre aux défis du futur et aux objectifs de la planification écologique.

L’éducation, transmission des savoirs doit permettre l’épanouissement et l’émancipation de tout individu, doit permettre aux élèves de s’élever intellectuellement et humainement afin de devenir un citoyen éclairé, savant et ouvert sur le monde.

Une méthodologie rigoureuse de l’enseignant doit permettre à  l’élève l’apprentissage de l’autonomie, la socialisation et le développement d’un esprit critique.

Enseigner est un métier et comme tout métier cela s’apprend. Les décrets du 28 juillet 2009 conduit tout néo-professeur à assumer, sans formation, un service d’enseignement à temps complet, juste après les concours. La formation professionnelle est ainsi sacrifiée. Il faut donc rétablir une formation digne de ce nom, permettant au système français de redevenir le modèle qu’il a longtemps été.

La dégradation générale de l’enseignement a aussi des répercutions sur l’ensemble du tissu scientifique et en particulier sur notre recherche de pointe.

L’évaluation des enseignants traduit les évolutions que le gouvernement veut imposer à l’école : faire de l’établissement une entreprise managée par un patron plus soucieux de l’état de ses finances que des missions de services publics ; Le Front de Gauche veut redonner à l’inspection générale sont rôle majeur : au service de la pédagogie et des enseignants sur le terrain de façon régulière.

Le Front de Gauche est favorable :

– à la conservation du statut de fonctionnaire qui permet la liberté pédagogique et l’égale qualité du service public sur tout le territoire

– un recrutement en nombre suffisant des enseignants et des personnels d’éducation afin que chaque élève puisse bénéficier d’un suivi individuel et approfondi garanti par une diminution réelle des effectifs par classe. L’école publique doit mettre en place un système de soutien scolaire (en particulier au niveau primaire où sont jouées les inégalités souvent constatées plus tard)  pour pallier les difficultés que rencontrent certains élèves.

– à la conservation des concours nationaux et disciplinaires qui sont la garantie de l’égalité républicaine et l’anonymat et leur caractère national

– à une augmentation du budget du Ministère de l’éducation nationale : passer de 5.6% à 7% du PIB et en particulier une augmentation de l’Etat dans l’enseignement professionnel

– à l’augmentation du salaire des fonctionnaires en revalorisant le point d’indice (depuis 1984, les fonctionnaires ont perdu 20% de leur pouvoir d’achat)

– à une titularisation des personnels précaires

– à un renforcement de la médecine du travail pour garantir à tous les enseignants de pouvoir y accéder.

– à une revalorisation du rôle des conseillers d’orientation, revalorisation indispensable pour lutter contre l’échec

– à une révision de l’enseignement supérieur devant conduire :

– à une réhabilitation des filières techniques et professionnelles de très haut niveau (attractivité des écoles d’ingénieurs) et des carrières d’enseignant-chercheur.
– à une lutte contre l’échec du premier cycle universitaire (avoisinant les 90%).
– à la création d’une allocation pour que les étudiants n’aient pas à travailler en parallèle (une des sources de cet échec).
– à une orientation mieux ciblée, n’entraînant pas l’inscription massive à l’Université des étudiants refusés en IUT, BTS, etc.

Le Front de Gauche est opposé :

– au recrutement des professeurs par les établissements eux-mêmes, sur la base d’un entretien.

– à l’autonomie des établissements secondaires fourrier de la marchandisation libérale du système scolaire.

– à la LRU qui amplifie les inégalités entre les Universités.

Nous souhaitons une remise à plat de l’Education Nationale, afin de réaliser un enseignement de qualité grâce à des concertations avec l’ensemble des acteurs de la communauté éducative, les élèves, les étudiants, les parents, etc. Nos objectifs sont ceux de l’égalité, l’épanouissement, l’émancipation. Nous refusons ceux qui se basent sur la rentabilité, la productivité.

Michèle PARRAVICINI

Enseignante au Lycée Franco-Hellénique, d’Athènes

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s