André Chassaigne, président du groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine, s’adresse aux électeurs.

Rencontre entre André Chassaigne et Michèle Paravicini à Athènes

Lors de mon séjour en Grèce, j’ai rencontré Michèle Parravicini. Elle mène une campagne aux moyens limités, conduite avec une poignée de relais locaux. Mais une campagne forte, menée avec cœur et intelligence.                                             

Nous avons donc échangé sur plusieurs points au cœur des messages que notre candidate porte auprès d’électeurs disséminés, souvent peu mobilisés, mais qui peuvent être sensibles à des questions qui touchent à leur quotidien.

J’ai ainsi pu mesurer ce qu’apporterait une député Front de Gauche, au sein de notre groupe, pour porter les attentes et relayer les inquiétudes des citoyens français vivant hors de leur pays. Contrairement à l’image que l’on peut en avoir, beaucoup ont des conditions d’existence difficiles, voire précaires. Ceux qui habitent loin de la capitale ne disposent en fait d’aucun relais pour les accompagner.

Ainsi, en Grèce, ces Françaises et Français victimes de la crise, avec des salaires de misère, parfois non payés depuis des mois, ou celles et ceux qui ont perdu leur emploi et ne bénéficient ni d’indemnité chômage, ni d’aide sociale. Le retour en France devient pour certains l’unique solution avec la rupture de vie que cela représente pour des couples mixtes, dont les attaches se sont tissées dans le pays d’adoption qu’il va falloir quitter pour vivre.

Notre entretien m’a aussi confirmé dans le choix que nous avons fait d’intensifier les actions communes entre parlementaires communistes et progressistes d’Europe. Si le décalage dans le temps de l’adoption  des mesures  est une réalité, si la gravité des décisions reste encore de niveau variable, la convergence partout en Europe des politiques antisociales n’est plus à démontrer. La preuve la plus récente en est l’Accord National Interprofessionnel en cours d’adoption en France: mesures déjà mises en œuvre pour l’essentiel en Allemagne et qui ne se discutent même plus dans un pays comme la Grèce. De même, la lutte conduite ces jours-ci par les députés grecs de Syriza contre la suppression de 15.000 nouveaux emplois de fonctionnaires n’est pas sans rappeler l’action déterminée que nous conduisons en France, depuis tant d’années, contre la fameuse RGPP et ses dizaines de milliers de suppressions d’emplois dans la fonction publique.

Michèle Parravicini compte aussi prendre à bras le corps les questions liées à la scolarisation, notamment pour les enfants qui vivent loin d’établissements enseignant le français. La maîtrise de la langue française est devenue un vrai problème pour ceux qui sont les plus gravement touchés par la crise.

Sur la Turquie, nous partageons la conviction qu’il faut intensifier les efforts pour créer des ouvertures avec l’Union Européenne, trouver ainsi des solutions pérennes aux questions graves qui se posent au pays, répondre ainsi à une attente forte des Français qui y vivent.

A la suite de cette rencontre, c’est un appel que je lance à tous les Françaises et Français vivant dans cette circonscription: mobilisez-vous pour soutenir la candidate du Front de Gauche et son suppléant. Et allez voter pour renforcer notre groupe à l’Assemblée nationale en vous donnant un porte-voix dont la parole comptera avec le soutien des dix autres députés du Front de Gauche.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s