Réforme de la représentation des Français de l’étranger

Par Céline Clément, candidate Front de Gauche aux législatives partielles de la 1ère circonscription des Français de l’étranger.

Concernant la réforme en cours sur les élections consulaires, le Front de Gauche n’a pas encore de position actée. Cela dit, nous nous accordons pour dire que c’est encore une pseudo-réforme pour donner l’impression de davantage de proximité avec 444 élus dans le monde plutôt que 115.

En réalité cette réforme cache sans aucun doute la volonté de faire des économies puisqu’il n’y aurait plu que 102 conseillers consulaires siégeant dans l’assemblée des FE contre 115 aujourd’hui. Ceci favorisera d’autant plus les grands partis, que les députés et sénateurs de ces partis seront dans cette assemblée. Il est donc loin d’être garanti que la représentation issue de cette réforme rende compte de la diversité des Français établis hors de France.

Par ailleurs, loin des bonnes intentions clamées haut et fort par le gouvernement PS-EELV, l’absence de limitation à trois mandats consécutifs des conseillers consulaires et à l’AFE, témoigne de la difficulté à réformer en profondeur la vie politique en favorisant le renouvellement de son « personnel ».

Finalement le principal problème de cette reforme consiste dans le rôle purement consultatif des conseillers consulaires. En effet, l’AFE se prononcera chaque année  sur un rapport du gouvernement relatif à la situation des Français expatriés et les politiques conduites à leur égard et elle pourra faire part de ses observations au gouvernement sur les dispositions du projet de loi de finances intéressant ses compétences. Cependant il n’y aura aucun levier d’action pour changer la politique de l’AEFE ou les décisions d’économies du MAE sur les structures consulaires.
Ainsi, l’AFE ne peut rien dire pour étendre les bourses au CNED ou pour changer la politique de prix de la Caisse des Français de l’Etranger. Or, c’est bien la CFE et l’AEFE qu’il faut transformer en profondeur pour répondre aux besoins des français établis hors de France. Problème majeur : on ne peut pas avoir d’élus consulaires dans leurs conseils d’administration de ces organismes.

C’est donc, comme pour toutes les reformes Hollande, une occasion ratée…

>Lien direct vers l’article sur le blog de Céline Clément

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s