Israël, une situation écologique inquiétante

Le rapport de l’Union pour la Protection de l’Environnement, une ONG israélienne, dénonce une pollution de l’air sans précédent dans la baie de Haïfa, sur le secteur industriel de Ramat Hovav, du fait de l’émission de produits cancérigènes par les industries pétrochimiques.

Malgré les efforts développés dans le domaine de la gestion de l’eau pour l’économiser – grâce à la technologie d’irrigation au goutte à goutte, avec pour objectif de faire reverdir le désert à des fins d’agriculture – le pays manque cruellement d’eau :  les nappes phréatiques sont épuisées et le Jourdain n’est plus qu’un mince filet d’eau polluée. De 1,3 milliard de m3 par an, son débit est tombé aujourd’hui à seulement 70.000 m3 ! Le sel utilisé pour préparer la viande kascher finit à la décharge, polluant le sol et les nappes phréatiques. Le lac de Tibériade, le grand réservoir d’eau potable d’Israël, est contaminé par les engrais et par les égouts.

La Méditerranée, ici comme ailleurs, est en danger : le trafic maritime à l’origine de rejets d’hydrocarbures, la surpêche qui épuise la flore et la faune marines, le littoral bétonné… tous ces paramètres accroissent la pression sur la mer qui   devient une véritable poubelle. La dette écologique qui se creuse alors que l’on ne pense qu’à obtempérer aveuglément aux injonctions de la finance, menace la sécurité économique d’Israël et sa capacité à garantir le bien-être de ses citoyens.

Eilat Terminal Pétrolier

Eilat Terminal Pétrolier

« La Terre se meurt sous les coups des hommes de l’affairisme agricole qui partout poursuivent leur funeste besogne consistant à entreprendre, à fabriquer, à façonner, à former, à normaliser, à produire, à amasser, à posséder, à instituer. » Michel Tarrier, écologue.

Les trois quarts des Israéliens sont conscients que les questions environnementales sont cruciales pour leur survie et celle de leurs enfants : on se souvient des marches de juillet 2012 pour sauver l’environnement des plages.

Pour tous les électeurs qui refusent de se résigner et pensent qu’il faut  donner la priorité aux peuples et à la nature, le Front de Gauche exigera que partout soit appliqué l’Agenda 21, ce programme d’actions adopté par 173 pays au Sommet de Rio et qui vise à l’amélioration de la qualité de vie des habitants ainsi qu’à l’économie des ressources naturelles. Il exigera aussi que soient créés dans les ambassades des postes de Conseillers à l’écologie et au développement durable, dont la mission sera de promouvoir des politiques bilatérales, en particulier dans le cadre euro-méditerranéen.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s