Changer l’Europe

Image

Changer l'Europe

Publicités

Courte histoire du libéralisme

Les hommes sont pêcheurs, laboureurs, guerriers, marchands…

Certains façonnent la matière et d’autres les idées.

De ce tournis vint la valeur que l’on n’attend :

La monnaie, qui pèse autant que son coffre vissé.

 

L’argent est sans valeur si l’échanger ne puis.

Certains en eurent trop, le prêtèrent et en eurent plus.

Quoi acheter ? Un château, une île, un pays ?

Pourquoi pas ? Un pays, ses gens et leurs surplus !

 

Mais voilà, un pays a un prince, une armée,

Des écoles, des curés, des monuments aux morts.

Achetons le prince, le reste est dans le panier !

Est-ce raisonnable ? Eh quoi ? L’argent contre le remors…

 

Thatcher, en Angleterre, a permis l’hallali.

L’empire perdu, le pays vendit ses enfants.

Qu’importe, c’est la façade qui compte sur le parvis.

Ses dorures continuèrent à séduire, c’est charmant.

 

Tout le monde ailleurs l’imita comme un miroir.

Quoi ? Il faut demander au moujik son avis ?

Comme en Russie, il avait rendu le pouvoir,

Les banquiers pensèrent partout à le prendre à vie.

 

Si la nation est un corps et l’argent son sang,

De ce dernier ou des muscles lequel importe plus ?

Trop de sang est inutile, c’est de l’air et bang !

 

Frédéric Bendali