Celui qui croit au ciel, Celle qui n’y croit pas

Ce titre est un emprunt adapté au célèbre vers d’Aragon dans « la rose et le réséda ».

IMG_1528-001Acteur important de la société grecque, depuis le début de la crise, l’Eglise orthodoxe investit de manière considérable dans le social et l’humanitaire.  Elle soutient les familles les plus démunies avec une aide financière, fournit des vêtements, couvre des soins de santé et apporte une assistance morale. Elle distribue également des repas halals aux migrants.musulmans.

Dans ce contexte  Michèle Parravicini à rencontré Monsieur le Pope Spyros.

Pope SpyrosIl nous a reçu pendant plus d’une heure. Nous avons évoqué la pauvreté grandissante du peuple grec. Nous avons partagé notre inquiétude face à la montée des différents partis d’extrême droite en Grèce comme  en France
Il nous a fait part  de la déception des grecs qui, attendaient un soutien de François Hollande lors de sa venue à Athènes en février 2013. Le sentiment que le Président de la République Française était venu faire du commerce a prévalu sur tout autre considération.

Nous avons proposé notre aide pour la scolarisation en langue française et pour  participer l’équipement scolaire des enfants démunis.

Publicités

Intervention à Thessalonique

Nous avons été invités à la mairie de Thessalonique par M. Anamatidis, député du SYRIZA, qui nous avait demandé de parler de la situation politique et économique de la France face à un public grec, franco-grec et français.

Voici les grandes lignes de cette intervention  publique  :

En mai 2012, nous avons grâce à nos voies, élu un président du parti socialiste dont le slogan était « le changement c’est maintenant ». La chambre des députés élue quelques semaines après confirmait cette volonté du peuple français de changement : la majorité de cette chambre est située à gauche française.

Quels ont donc été ces changements après une année d’exercice ?

« TSCG ». « Pacte budgétaire européen », le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire vise à contraindre les Etats de la zone euro à financer leurs dépenses par leurs recettes et donc à limiter le recours à l’emprunt- la limite du déficit structurel autorisé est portée de 1 % à 0,5 %, pour l’« objectif à moyen terme ».
Signé le 2 mars 2012, lors de son intervention à la tribune de l’Assemblée nationale, le premier ministre PS a fini par avouer que pas une seule ligne du traité budgétaire européen signé par Sarkozy et Merkel n’a été modifiée : une ratification sans débat, sans la moindre prise en considération des propositions des forces progressistes (politiques, syndicales et associatives) mobilisées contre l’austérité.
La ratification du TSCG est une atteinte à  la démocratie et contre l’idée européenne.

L’ANI : la destruction du code du travail.
Ce texte porte un coup très dur à toute l’organisation sociale, met en cause la protection des salariés, joue contre l’emploi, et modifie le rapport des forces en faveur du patronat

Autre atteinte au monde des travailleurs : amnistie sociale partielle. 

Evasion et Fraudes fiscales : Le récent scandale de l’affaire Cahuzac.
60 à 80 milliards d’euros d’évasion fiscale chaque année soit l’équivalent du déficit budgétaire.
L’évasion et la fraude fiscale sont le fruit d’une politique délibérée menée au niveau national : « l’optimisation fiscale ». Cette politique préméditée n’a qu’un but : permettre aux plus fortunés et aux grandes entreprises de disposer d’un outil supplémentaire d’enrichissement et imbattable puisque net d’impôt. Le tout organisé industriellement par des cabinets d’avocats et des banques d’affaires pourries.

Situation politique

76% des français mécontents de François Hollande après 1 année de gouvernement.
Nous constatons actuellement, en France sous couvert de la lutte contre l’austérité, les mêmes pratiques destructrices que celles imposées d’une façon violente au cours de ces dernières années en Grèce.
Nous devons comprendre que nous sommes tous victimes des mêmes politiques d’austérité et que chaque nouveau prêt proposé à un pays endetté, comme la Grèce, Chypre … rapproche ce pays de la soumission financière et politique conduisant à la perte de souveraineté et à des désastres écologiques.
Ainsi, la meilleure façon pour chaque citoyen de réagir à ces diktats de la finance est de se mobiliser contre ces politiques austéritaires qui montrent leurs limites
désastreuses socialement, et leurs stupidités économiques, puisque elles sont incapables de répondre à l’objectif qu’elles se sont fixé, la réduction des déficits.

Ma candidature au Front de Gauche au Législative est une élection francofrançaise, notre rapprochement avec Syriza se justifie :
Parce que nos idées rejoignent souvent les vôtres quant à l’austérité, la lutte pour la dignité et le respect des peuples,
Car c’est un pas vers les prochaines élections européennes de 2014,
– Les instances élus en France n’ont pas accepté de recevoir Tsipras et nous n’acceptons pas que le 1/3 du peuple grec soit totalement ignoré par le gouvernement en place en France.

La création de l’Europe, cette belle idée s’est faite à la sortie de la 2de guerre mondiale pour permettre la réalisation de vieux rêves d’amitiés, de paix  et de coopération entre les peuples : elle n’est maintenant qu’au service de la finance, de la dérégulation, de la casse des services publics, de la perte de souveraineté des États.

Nous voulons une autre Europe sociale et solidaire.

L’Europe en passe d’abandonner le principe d’exception culturelle ?

Respect de l’exception culturelle dans les accords commerciaux Europe/États-Unis
Par le groupe CRC, Pierre Laurent / 18 avril 2013

Proposition de résolution

L’affirmation du principe d’exception culturelle en Europe est le fruit d’une bataille permanente, initiée dans les années 1980 et 1990 et dont la France a été le principal défenseur. Malheureusement, ce combat est aujourd’hui plus que jamais d’actualité.

La directive « Télévision sans Frontières » introduite en Europe en 1989 impose pour la première fois aux télévisions des pays membres de diffuser une proportion majoritaire d’oeuvres européennes et de consacrer au choix au moins 10 % de leur temps d’antenne ou 10 % de leur budget à la production d’oeuvres européennes.

Les négociations du GATT en 1993 opposent les États-Unis qui entendent faire fi de l’exception culturelle à l’Europe menée par la France, qui obtient finalement le maintien de l’exception culturelle en excluant le secteur audiovisuel de ces négociations commerciales.

Début 1998, l’AMI menace de nouveau les garanties obtenues lors des négociations du GATT. La France milite pour une clause d’exception ainsi rédigée : « Aucune disposition du présent accord ne peut être interprétée comme empêchant une partie contractante de prendre toute mesure pour réglementer l’investissement d’entreprises étrangères et les conditions d’activité de ces entreprises, dans le cadre de politiques visant à préserver et promouvoir la diversité culturelle et linguistique sur son territoire. ».

En 2005, la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles est adoptée. Cette convention reconnaît l’exception culturelle sur le plan international, et affirme la nature particulière des biens, services et activités culturels qui, en dépit de leur valeur économique, ne peuvent être réduits à de simples biens de consommation car porteurs de sens et de valeurs.

Si la France et l’Union européenne y ont adhéré le 18 décembre 2006, ce n’est toujours pas le cas des États-Unis.

La France a toujours affirmé avec force l’application de l’exception culturelle en Europe, défendant l’identité et la diversité culturelle contre le commerce international, mais cette bataille, malgré des avancées réelles, est loin d’être gagnée.

Le caractère contraignant de la convention de l’Unesco pour l’Union européenne qui, en le ratifiant lui a donné une force juridique, n’empêche pas que le principe d’exception culturelle est encore une fois soumis à de graves menaces.

L’Europe est ainsi en passe d’abandonner le principe d’exception culturelle.

En effet, le mandat de négociation adopté le 13 mars 2013 par la Commission européenne en vue de l’ouverture des discussions commerciales avec les États-Unis portant sur la libéralisation du commerce, plus communément appelé grand marché transatlantique, n’exclut pas les industries culturelles de la discussion : les biens et services culturels, notamment audiovisuels, y figurent au même titre que les autres biens commerciaux.

Si l’on discerne clairement l’enjeu financier pour ces grandes entreprises et pour les États-Unis qui dominent le marché mondial de l’audiovisuel avec 54,5 % de part de marché, on voit moins distinctement l’intérêt pour l’Union européenne de renoncer aux droits de chaque État de mener des politiques de soutien à leur création, a fortiori quand cet accord concerne les États-Unis, principal acteur de mondialisation et d’uniformisation culturelle s’il en est.

Seule l’exception culturelle a permis à la France et à l’Europe de maintenir l’existence et la vivacité d’une offre culturelle propre de grande qualité et d’une grande diversité en parallèle de l’offre américaine. Elle est vitale pour la création.

Si les États membres de l’Union européenne venaient à confirmer le maintien des services audiovisuels des discussions commerciales à venir, les conséquences pourraient être très graves.

C’est tout le système de financement de la création qui serait remis en cause : des obligations de diffusion aux quotas, en passant par les règles de promotion des oeuvres européennes ou encore des subventions attribuées aux réglementations limitant le poids des capitaux étrangers dans les médias.

L’enjeu de cet accord commercial porte ici plus spécifiquement sur le commerce électronique des biens culturels et la vidéo à la demande. Ce secteur est en plein développement, mais sa réglementation est considérée comme une entrave au développement économique de grands acteurs américains du web qui dominent le marché du web, les GAFA (Google-Apple-Facebook-Amazon).

La Commission européenne semble ainsi vouloir distinguer entre services audiovisuels « classiques » diffusés par des médias traditionnels auxquels pourraient s’appliquer l’exception culturelle, et « nouveaux services audiovisuels » diffusés par internet et en pleine expansion, qui eux en seraient exclus.

Ce faisant, elle porte un deuxième coup à l’exception culturelle, en contrevenant également au principe de neutralité technologique selon lequel le contenu d’une oeuvre demeure, quel que soit son support technologique, et mérite en tant que tel protection.

Les avancées technologiques servent ici à remettre en cause l’exception culturelle, là où elles devraient au contraire permettre de les étendre.

La Commission européenne use par ailleurs d’un stratagème insupportable pour que ce mandat de négociation soit adopté.

En affirmant que l’exception culturelle n’est pas remise en cause sans le traduire expressément, elle tente de contourner le Traité européen qui impose dans son article 207 paragraphe 4 que tout mandat de négociation est adopté à l’unanimité s’il existe des menaces sur les politiques de l’Union en faveur de la diversité culturelle. Elle fait ainsi prévaloir abusivement un vote à la majorité qualifiée qui seul permettrait au texte d’être adopté.

Si le gouvernement français a fait savoir qu’il était opposé à l’évincement de l’exception culturelle de cet accord, cette proposition de résolution entend rassembler les parlementaires pour se mobiliser contre cette offensive libérale et inviter le Gouvernement à rappeler la bonne utilisation du paragraphe 4 de l’article 207 du traité de fonctionnement de l’Union européenne et, partant, à user de son droit de veto contre ce texte afin que l’exclusion des services audiovisuels du mandat de négociation soit explicite et effective.

PROPOSITION DE RÉSOLUTION EUROPÉENNE

Le Sénat,

Vu l’article 88-4 de la Constitution,

Vu l’article 22 de la Charte des droits fondamentaux,

Vu l’article 3 du Traité sur l’Union européenne,

Vu les articles 107 paragraphe 3, 167, et 207 paragraphe 4 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne,

Vu la directive « Services de médias audiovisuels » 2007/65/CE,

Vu la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de l’Organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science et la culture du 20 octobre 2005,

Vu le mandat de négociation autorisant l’ouverture de négociations concernant un accord global sur le commerce et l’investissement, intitulé « Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement, entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique » adoptée par la Commission européenne le 13 mars 2013 et transmis au Conseil pour validation de l’ouverture des négociations,

Considérant que les biens et les services culturels ne peuvent être assimilés à des biens marchands ordinaires et qu’ils doivent à ce titre bénéficier de mesures protectrices,

Considérant que l’exception culturelle est garante de la diversité culturelle et linguistique, qu’elle est et doit demeurer un des piliers des politiques européennes en matière culturelle,

Considérant que le principe de neutralité technologique, selon lequel le support technologique ne définit pas le contenu, doit s’appliquer et qu’il ne remet pas en cause l’exception culturelle mais doit permettre de l’étendre à de nouveaux supports afin notamment de permettre la préservation des contenus audiovisuels et cinématographiques,

Considérant que la mention d’un engagement au respect de la diversité culturelle et linguistique dans le projet de mandat de la Commission du 13 mars 2013 autorisant l’ouverture de négociations concernant un accord global sur le commerce et l’investissement, intitulé « Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement, entre l’Union européenne et les États-Unis », ne garantit nullement sa protection effective et ne peut en aucun cas suffire à repousser l’exigence d’un vote à l’unanimité du Conseil en vertu de l’article 207 paragraphe 4 a) du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne,

Estime que dans ce cadre l’adoption de cet accord global sur le commerce et l’investissement, intitulé « Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement, entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique » nuirait à la diversité culturelle,

Estime que le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement, entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique doit expressément exclure les biens audiovisuels et culturels de ces accords de libre échange,

Demande en conséquence au Gouvernement :

- De rappeler la règle de vote à l’unanimité au sein du Conseil de l’Union européenne du 14 juin 2013 pour la négociation et la conclusion d’accords avec un ou des pays tiers « dans le domaine du commerce des services culturels et audiovisuels lorsque ces accords risquent de porter atteinte à la diversité culturelle et linguistique de l’Union » prévu par le Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne,

- d’en exiger son application sur le projet de mandat de négociation lors de l’examen par le Conseil de l’accord global sur le commerce et l’investissement, intitulé « Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement, entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique »,

- d’user en conséquence de son droit de veto sur le projet de mandat de négociation de la Commission concernant un accord global sur le commerce et l’investissement, intitulé « Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement, entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique » lors du Conseil de l’Union européenne du 14 juin 2013,

- de rappeler la nécessité d’exclure expressément les services culturels et audiovisuels du mandat de négociation concernant le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique, comme de tous accords commerciaux, dans le respect le plus strict de la convention de l’Unesco de 2005,

- d’impulser un cadre de réflexion européen global abordant les relations entre nouvelles technologies et culture, tant du point de vue de l’extension des champs d’application de l’exception culturelle que du point de vue des nouvelles modalités de financement de la culture ou encore des questions de fiscalités numériques.

Pinocchio et Hollandreou

Communiqué de presse

A l’AFP d’Athènes

5 rue Milioni
10673 Athènes
 

FRONT DE GAUCHE GRECE

 

Pinocchio et Hollandreou

Michèle Parravicini candidate front de gauche pour la 8ème circonscription des français de l’étranger dénonce avec vigueur  les regrets formulés  par l’ancien ministre du budget.

Lors de  l’émission  « Mots croisés » du mardi 7 janvier 2013 sur France 2, Jean-Luc Mélenchon avait raison lorsqu’il affirmait : « Vous serez Cahuzandreou avec Hollandreou, d’un plan à l’autre, austérité et austérité, et encore ».

Cahuzac répondait avec morgue : « Arrêtez de faire le clown, vous méritez mieux que cela. Vous avez quatre millions de suffrages sur votre nom, cela ne vous autorise pas à faire le clown en direct à la télé ».

Alors que François Hollande vient d’annoncer la diminution des retraites, le Pinocchio Cahuzac qui, jusqu’à peu était le ministre du budget de la coalition gouvernementale PS/EELV, vient de rapatrier les 600.000 euros  qu’il avait mis à l’abri sur un compte en Suisse.

Où s’arrêteront mensonges, vols et compromission ?

Pour un vrai changement,  j’appelle donc  les électeurs de la 8ème circonscription des français de l’étranger à se porter sur ma candidature dès le 1er tour des législatives partielles du 26 mai 2013.

François Hollande totalement déconnecté des urgences sociales

Ce n’est pas le laborieux exercice de justification de ses choix politiques auquel s’est livré ce soir le Président de la République qui peut convaincre le pays. Tout le monde voit que l’austérité mène à l’échec ici comme dans toute l’Europe. Mais le Président persiste et signe. Pire, il annonce une année 2013 de hausse continue du chômage, un nouvel allongement de la durée de cotisation des retraites, et sur l’Europe il propose d’aller plus vite dans les sanctions infligées aux peuples en prenant Chypre comme exemple !

Les mots de François Hollande sont restés totalement déconnectés des urgences sociales et des solutions nouvelles nécessaires. Rien de ce que nous avons entendu n’est de nature à rassurer les Françaises et les Français qui souffrent et ont plus que jamais besoin du changement pour lequel ils ont voté.

Il a vanté l’accord sur l’emploi signé par le Medef et trois organisations syndicales minoritaires en continuant à masquer les graves reculs des droits sociaux qu’il contient. Alors que débute dans 4 jours à l’Assemblée nationale la discussion sur ce projet majeur, on attendait du Président qu’il s’explique ! Rien de cela. Résultat, on s’apprête à faciliter encore les licenciements alors que le niveau de chômage bat tous les records !

Puisque le Président de la République ne veut rien changer à sa politique, rien entendre de la colère qui monte, j’appelle, au nom du Parti Communiste Français et du Front de Gauche, les forces du changement à entrer massivement dans l’action pour exiger un changement de cap, pour dire stop aux politiques d’austérité, stop aux licenciements, stop à la casse du code du travail et des services publics.

La semaine prochaine dans tout le pays, nous irons à la rencontre des salariés pour dénoncer les dangers du projet de loi gouvernemental sur l’emploi et demander le vote de la proposition de loi que nous avons déposée pour interdire les licenciements boursiers. La journée d’action syndicale interprofessionnelle du 9 avril a tout notre soutien. Elle doit être le prochain grand rendez-vous de la mobilisation populaire.

Pierre Laurent, Parti Communiste Français, Front de Gauche