Et la Palestine?

Les français qui vivent en Palestine se trouvent confrontés à des difficultés différentes voire même insurmontables et  beaucoup plus nombreuses  que dans la majorité des autres pays du monde.

Michèle ParraviciniAfin d’en avoir une approche concrète et dans le cadre de son prochain voyage en Palestine et en Israël, la semaine prochaine, Michèle Parravicini a rencontré Monsieur Muhanad Jarrar, à la représentation Diplomatique de la Palestine à Athènes.

Les difficultés de libre circulation de nos compatriotes vivant en Palestine sont récurrentes. Qu’ils soient  français ou franco-palestinien, l’accès aux administrations, les visites à d’autres français  vivant en Israël,  les voyages vers notre République, les rencontres avec leur député sont très aléatoires. Par exemple pour prendre un avion certains peuvent être obligés de se passer par la Jordanie ou l’Egypte .

Michèle Parravicini a abordé également les questions écologiques et celles des ressources naturelles. Plus particulièrement la thématique de l’eau. Cette question est fondamentale et va devenir cruciale dans la prochaine décennie : les habitants des territoires occupés sont très rationnés en eau et même en électricité.

Monsieur Muhanad Jarrar nous a également parlé des relations qui existent entre certaines ONG palestiniennes et israéliennes œuvrant pour la paix et également des relations positives qui existent avec le Hadash, ses élus à la Knesset et les Instances Palestiniennes.

Nous aimerions, nous aussi,  jouer un rôle actif pour établir une paix durable, donc juste, au Moyen Orient, et exiger le respect  des résolutions de l’ONU.

Rassemblements du 1er mai partout en Israël

Suite aux élections anticipées et aux manifestations pour la justice sociale de l’été dernier, des milliers de personnes ont défilé dans le centre de Tel Aviv, pour la Journée internationale des travailleurs. Brandissant des drapeaux rouges et des banderoles du Hadash, le Parti communiste d’Israël, la Ligue de la jeunesse communiste, des organisations de gauche et des syndicats, soit 82 organisations ont participé.  Les manifestants scandaient les chants des manifestations de l’été dernier et demandaient la démission du Premier ministre néo-libéral Binyamin Netanyahu.

Sur le podium place Rabin, Dov Khenin du Hadash a  indiqué que  ce 1er mai doit rappeler les manifestations estivales. « Le premier mai, cette année doit symboliser le début de l’été, » a- t-il déclaré. « Nous devons revenir à l’esprit de l’été précédent  et des protestations sociales. » Il a ajouté que cet été, contrairement au précédent, les manifestations doivent conduire à des changements politiques. » Si nous voulons la justice sociale, nous avons besoin d’un gouvernement différent. »

Le militant communiste Alon-Lee Green a déclaré que « la lutte n’est pas laïque contre haredi [ultra-orthodoxe] ou juifs contre Arabes, ou droite contre gauche. Nous devons tous essayer de changer le système capitaliste tout entier. »

Les membres du Parti communiste d’Israël, de la Knesset : Dov Khenin, Mohammed Barakeh, Hannah Sweid et Afu Agbaria ont participé à la manifestation.