Pourquoi il faut voter Michèle Paravicini, par Michel Billout

Les élections de 2012 ont suscité un grand espoir pour les citoyens. Certains ont cru que le changement était vraiment possible, que le gouvernement pourrait donner de nouvelles orientations à notre pays, faire entendre une autre voie à l’international. Malheureusement, les mois passent et les changements se font attendre. Pire, la précarisation sociale augmente, et l’austérité accrue augmente le chômage et ralentit l’activité économique chez nos voisins européens. Les politiques d’austérité imposées par Union européenne ne sont certainement pas la solution à la crise. Même le FMI l’a finalement récemment reconnu  : l’austérité a un impact plus sévère que prévu sur l’économie. Après avoir fait boire bien des potions amères, pendant des décennies, à des pays en crise, le Fonds monétaire international reconnaît que ses prescriptions « n’étaient pas forcément adaptées ». Ce sont des mesures de relance et de justice fiscale dont nous avons besoin. Aujourd’hui, les Français et les peuples de la Méditerranée sont dans l’impasse. Face aux suppressions de postes, aux fermetures de consulats et de lycées, je défends avec Michèle Parravicini le principe d’une relance des services publics auxquels ont droit les Français de l’étranger. Je reste persuadé qu’une autre voie, plus conforme aux aspirations du peuple de gauche mérite d’être mise en œuvre, en France, comme à l’étranger, notamment en augmenter l’aide consulaire aux plus démunis, en luttant contre la précarisation des personnels résidents, en contrat MICEL ou en contrat local des établissements scolaires, des consulats ou centre culturels français. Voter pour Michèle Parravicini, c’est aussi contribuer à ce que la France retrouve un rôle actif pour contribuer à la paix dans le monde. Cela signifie de ne plus s’aligner sur la position des Etats-Unis sur des questions aussi importantes, notamment, que le respect du droit international en Israël et dans les Territoires Palestiniens.

Dans ce contexte, j’apporte tout mon soutien à Michèle Parravicini, candidate du Front de gauche à l’élection législative partielle de la 8e circonscription des Français établis hors de France.
Michel Billout
Sénateur de Seine-et-Marne
Vice-président de la commission des affaires européennes
Vice-Président de la Délégation française à l’Assemblée parlementaire de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (O.S.C.E.)

Non à la précarisation des personnels des missions françaises de coopération à l’étranger !

Soutien aux enseignants français de la MICEL en grève, en Turquie.

Le Front de Gauche des Français de la 8ème circonscription de l’étranger soutient les enseignants de la MICEL (mission de coopération éducative et linguistique en Turquie) en grève à près de 90%, contre les difficultés qui les frappent et menacent leur mission, suite à l’introduction de nouveaux contrats en 2009.

La MICEL regroupe 56 enseignants venus de France pour enseigner en français au sein des universités de Marmara et Galatasaray et de plusieurs lycées comme le Lycée de Galatasaray à Istamboul. 

Les nouveaux contrats (2 ans renouvelables une seule fois) ne permettent pas aux enseignants de mener à bien leur mission de coopération. Celle-ci nécessite qu’une partie au moins des enseignants puisse rester suffisamment longtemps pour avoir une connaissance approfondie de la langue, de la culture et des spécificités du système d’enseignement turc, comme c’était le cas avant 2009.

La dégradation de cette mission, en plus des difficultés qu’elle pose aux personnels MICEL eux-mêmes, s’inscrit dans une dynamique d’appauvrissement de la coopération linguistique, des échanges culturels et universitaires que la France entretient avec d’autres pays. Il ne suffit pas de célébrer la francophonie une fois par an, à chaque printemps, pour la faire vivre ! Les échanges entre nations sont pourtant plus que jamais nécessaires, à l’heure où les peuples auraient tout intérêt à coopérer davantage pour faire face à la mondialisation financière et au défi transnational que pose le réchauffement climatique.

Le  Front de Gauche des Français de la 8ème circonscription de l’étranger dénonce ainsi avec force la précarisation des contrats et conditions de travail des personnels employés par les institutions diplomatiques, de coopération linguistique, culturelle et universitaire françaises dans le monde. Conséquences directes de la Révision Générale des Politiques Publiques et des politiques d’austérité que poursuit le gouvernement actuel, trop d’abus se multiplient dans les consulats, instituts, Alliances françaises, écoles et lycées français, en particulier pour les personnels recrutés sur des contrats de droit local qu’ils soient de nationalité française ou non !

Michèle Parravicini, candidate du Front de Gauche dans la 8ème circonscription des Français de l’étranger 

Guillaume Mariel, suppléant