Assemblée Citoyenne Écosocialiste à Rome le 14 mai

En quoi la perspective écosocialiste permet-elle une sortie de crise par le haut et à gauche, en privilégiant une approche combinée socio-environnementale ? 
Assemblée Citoyenne écosocialiste à Rome

En présence de : 

congres_pg_corinneCorinne Morel Darleux, Secretaire Nationale à l’écologie du Parti de Gauche

Giuseppe De Marzo, auteur de l’ouvrage Bien vivre, pour une nouvelle démocratie de la terre
Roberto Musacchio, ancien député européen
Guillaume Mariel, candidat suppléant de Michèle Parravicini pour le Front de Gauche dans la législative partielle du 26 mai de la 8ème circonscription de l’étranger.Lieu : Centro Scup, via Nola, 5, Rome à 18h30

 
Publicités

5 mai à Rome, Marche citoyenne du Front de Gauche avec Guillaume Mariel

Marche citoyenne à RomeLe lieu du rassemblement : place Farnèse, avec l’ambassade de Chypre, un symbole.(le bâtiment blanc au fond à gauche, coté kiosque, visible sur l’une des photos) et l’ambassade de France, qui lui fait face, visible sur d’autres photos.

Les présents : un copain venu de Pise, Guillaume Mariel, venu d’Arezzo, les autres de Rome.

5 mai 2013. Farnese. Chypre. 1 Rassemblement 5 mai à Rome 5 mai 2013. Farnese. 1
Les passants : des gens (les forces de sécurité de la place aussi…) prennent en photo les drapeaux de Left, Parti de la Gauche Européenne – Front de Gauche – PCF – Parti de Gauche, que nous avons accrochés au kiosque, fermé le dimanche, de la Place Farnèse : drapeaux blanc du PGE, rouge du Front de Gauche et du PCF, rouge et vert du Parti de Gauche. Des touristes français, des promeneurs italiens, des étudiants français en résidence à Rome  viennent vers nous s’nformer, discuter, prendre un tract. 
En écho à la grande marche à Paris, on est là. On entend que, à Paris, on est 180 000, ça fait chaud au coeur .

A 17h, horaire fixé en accord avec la préfecture, on reprend les drapeaux et les tracts, on repart vers le local du PRC du Trastevere.

Décidément, non, ON LACHE RIEN !

Dans le Petit Journal : « La pire des choses est de baisser les bras »

Avant les scrutins des 26 mai et 9 juin prochain, les candidats à l’élection législative partielle de la 8e circonscription se présentent à vous. Cette semaine, lepetitjournal.com de Rome a interviewé Michèle Parravicini, qui défend les couleurs du Front de Gauche. L’humain et l’anti-austérité sont les maîtres-mots de sa campagne.

lepetitjournal.com : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots?

Michèle Parravicini – Je suis enseignante au lycée français d’Athènes. J’ai pratiquement fait toute ma carrière hors de France métropolitaine, notamment dans les DOM. Je suis donc très informée de ce qui se passe à l’étranger et de ses difficultés. C’est une ouverture d’esprit, qui permet de voir autres choses que le système français parfois un peu étroit et d’avoir une vision mondiale de l’humain. Pour nous, c’est l’humain d’abord [nom du programme 2012 du Front de Gauche, ndrl].

Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter à cette élection législative partielle ?

Je suis en Grèce depuis deux ans et il est impossible de ne pas s’intéresser à la politique quand on voit les conséquences de l’austérité. J’étais déjà venue plusieurs fois en Grèce et j’avais beaucoup aimé ce pays. J’avais gardé une image de vie facile mais il a longtemps été très dur de comparer ces souvenirs avec l’actualité.

La pire des choses est de baisser les bras. J’étais d’ailleurs candidate l’an passé [6,32% de voix en sa faveur, ndlr]. Dans cette campagne, nous sommes beaucoup aidés par l’équipe de Madrid, très jeune. Quelle joie de voir cette génération qui a envie de changer la société et lutter contre les dérives de la politique libérale !

Que représente pour vous l’Italie ?

Je suis d’une famille d’origine italienne, très proche de la gauche communiste. Mon grand-père lombard a dû fuir l’Italie fasciste. Pour moi, l’Italie est aussi une histoire culturelle, comme la Grèce. Ce sont les valeurs humaines de notre Europe. Même si je ne connais pas assez l’Italie, j’essaie d’y aller souvent et suis toujours émerveillée par la beauté de villages et des joyaux architecturaux. L’été dernier, je suis allée quinze jours dans les Pouilles et c’était un vrai bonheur.

Quelles idées entendez-vous défendre dans votre programme ?

Nous voulons restaurer tous les services républicains que les Français de l’étranger ont le droit d’avoir, notamment les services consulaires. Il faut aussi redévelopper la francophonie en augmentant le budget de l’Agence pour l’Enseignement français à l’étranger car il y a trop de postes qui disparaissent ou de lycées qui ferment. Nous souhaitons aussi augmenter les aides sociales et nous battre contre la précarisation de tous les personnels de l’étranger. Enfin, dans le domaine culturel, il faut relancer le programme Erasmus.

Si vous êtes élue, quelles propositions de loi présenterez-vous en priorité devant l’Assemblée nationale ?

Nous voulons déjà repenser le rôle des conseillers consulaires. Ensuite, sur toutes les décisions qui seront aussi bien prises en France qu’à l’étranger, il faut appliquer l’Agenda 21 [plan mondial de développement durable adopté au Sommet de la Terre de Rio en 1992, ndlr]. Un plan de sauvegarde de notre Méditerranée, qui est une vraie poubelle, est en effet urgent. Il y a beaucoup à faire en matière d’éco-socialisme.

À l’heure d’une crise morale de la vie publique en France, seriez-vous prête à déclarer votre patrimoine si vous êtes élue députée de la huitième circonscription ?

Oui. Je suis fonctionnaire et tout ce que j’ai acheté provient de ce salaire. Il était temps que cette mesure soit mise en place. Quand François Hollande parlait d’exemplarité, on en est bien loin. Moi, je n’ai rien à cacher.

Que pensez-vous plus généralement de François Hollande ? N’êtes-vous pas déçue par sa politique alors qu’il promettait de devenir le porte-parole de l’Europe du Sud, notamment en développant le couple franco-italien ?

Le Front de Gauche a aidé à faire élire François Hollande mais tous ses renoncements en matière d’euro-austérité sont une déception totale. Il a continué à suivre les traces de Nicolas Sarkozy. Alors qu’il proposait le changement, rien n’a été fait. Nous ne sommes plus dans cette période de « lune de miel » qui nous permettait d’espérer. De France, nous essayons chaque fois de poser des mesures alternatives. Nous savons toutefois reconnaître quelques éléments positifs, comme le « mariage pour tous » ou l’amnistie syndicale malgré des restrictions.

Pour lire l’article sur le Petit Journal, c’est par ici.

Communiqué : Adoption du 1er article du projet de loi sur le mariage homosexuel

Je me félicite de l’adoption par le Sénat du premier article du projet de loi sur le mariage homosexuelavancée historique puisque ce projet de loi ouvre le droit au mariage  pour les personnes de même sexe. 

La France rejoint ainsi les Pays qui ont déjà voté cette loi en Europe : Pays-Bas (2001), Belgique, Espagne, Suède, Norvège, Islande, Portugal, Danemark.

Ce projet de loi est l’aboutissement d’un long combat commencé en 1968 par des militants progressistes notamment Georges Andrieux et Jean Lebitoux.

Il est une satisfaction pour Jean-Luc Mélenchon qui, en 1990, alors qu’il était Sénateur PS, avait déposé pour la première fois en France une proposition de loi ouvrant le droit à un partenariat civil entre personnes du même sexe.
Alors même que Madame Edith Cresson, PS, Premier Ministre de la France déclarait en juillet 1991 sur ABC New au journaliste Chris Wallace que l’homosexualité serait « différente et marginale » et plus proche des coutumes « anglo-saxonnes » que des usages « latins ».

Il est un espoir pour Marie-George Buffet, députée PCF-Front de Gauche, dont la proposition d’amendement à l’article 311-20 du code civil concernant la filiation a été rejeté par le parlement. Pourtant, cet amendement, s’il était adopté, couvrirait et sécuriserait les couples et les enfants dans les cas de PMA réalisées a l’Etranger.

Je dénonce le report de la promesse d’une grande loi sur la famille, dans le cadre de laquelle la question de la PMA devait être abordée, comme celui de bien d’autres promesses du candidat « socialiste » François Hollande.

En me présentant aux suffrages des électeurs pour l’élection législative partielle de la 8ème circonscription des Français à l’Etranger, les 26 mai et 8 juin prochains, c’est l’égalité des droits que je défends avec conviction.

Michèle Parravicini

Communiqué à l’AFP

Réunion de travail

Un apéro dînatoire réunissait 5 sympathisants pour une téléconférence avec François du bureau national du Parti de Gauche, et Guillaume Mariel, mon suppléant vivant en Italie, pour affiner notre campagne.

Il a été question du  vote au Sénat de la loi sur le Mariage pour Tous, de l’enfumage de l’affaire Cahuzac qui masque l’adoption de la loi ANI démantelant le code du travail.

Nous avons également parlé des autres candidatures, à gauche, qui divisent le juste combat de la gauche progressiste, responsable et populaire.

Image